Flux RSS

Le cinéma Bis

C’est comme les séries B, mais au cinéma.
Le festival se terminait samedi par une nuit blanche, nuit inattendue de la Cinémathèque Française qui nous sortait pour l’occasion des petites perles de ses fonds de tiroir.
Au programme : Le cauchemar de Dracula (de Terence Fisher), L’Horrible Dr Orloff (de Jess Franco) et trois autres films que nous ne sommes pas allé voir.
A première vue, je n’étais pas spécialement tentée mais je me suis dit que ça pouvait être marrant de voir ces films de pseudo-épouvante, très « nouveaux » dans leur genre et à leur époque.
J’ai alors découvert le Cinéma Bis : « des films réalisés pour reprendre des recettes déjà éprouvées, mais tournés avec des moyens réduits et destinés au public populaire »(définition Wikipédia).
Et là ! Gros choc ! Voir ces films dans une grande salle où le public est vraiment réactif, c’était GÉ-NI-AL !
Pour Le cauchemar de Dracula, crise de rire quand les dialogues sonnent « faux », quand on peut prévoir 10 minutes avant ce qu’il va se passer, quand les « effets spéciaux » de l’époque (1958) sont particulièrement… bin… d’époque quoi.
Et là, on réalise aussi que c’est le premier film de ce genre à avoir terrorisé une génération de spectateur. Aujourd’hui, on en rigole bien, mais il faut aussi se dire qu’en 58, tout cela était très nouveau !

Bref, à voir, mais en groupe. On peut s’ennuyer tout seul…

Deuxième film de la nuit blanche : L’Horrible Dr Orloff.
Et oui, à la fin du Cauchemar de Dracula, j’en voulais encore du cinéma Bis !

Direction le Dr Orloff qui, pour réparer le visage de sa fille, brûlée lors d’un incendie, tue de jeunes femmes pour récupérer leurs visages. Sa technique n’est pas trop au point, alors il s’entête, accompagné de son fidèle Morpho, ancien prisonnier mort mais ramené à la vie et rendu aveugle par le Dr.
L’inspecteur Tanner est sur sa piste, mais il est un peu à l’ouest car il doit se marier le mois suivant avec la célèbre Wanda Brosky, ballerine.
Finalement, c’est elle qui va jouer l’appât pour aider son amoureux.
L’histoire est plutôt bien ficelée, et l’âge du film, les dialogues vieillots font forcément sourire.
Ah, et j’oubliais, mais Diana Lorys (qui joue Wanda), est juste SUBLIME. Rien que pour elle, ça vaut le coup de le voir.

Voilà !
J’espère vous avoir un peu fait envie.
J’arrête avec le cinoche ! (Enfin, jusqu’à ce que je vous raconte, dans un autre style, l’avant-première d’Harry Potter quoi…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :