Flux RSS

Le Festival international du film de La Rochelle

Ce week end, je n’ai pas fait qu’écouter Glenn Medeiros. J’étais aussi au bord de la mer, dans une salle noire.
Et oui, ce week-end, c’était la clôture du 39ème Festival international du film de La Rochelle.

Au programme, 250 films en tous genres : visitez le site, ce sera plus précis.
Pour ma part, et pour la première fois que j’y allais, j’ai vu Milou en Mai, de Louis Malle.

Je ne l’avais jamais vu, et n’avais jamais été spécialement tentée. ERREUR ! J’ai rigolé tout le long du film et c’est une bonne critique de la France des années 60-70. En gros, une vieille dame meurt, sa famille vient pour l’enterrement mais ils se battent tous pour l’héritage, alors qu’elle est encore dans la pièce d’à côté. Tout cela sur fond de mai 68 qui déclenche dans les campagnes une peur terrible de la Révolution. Très drôle, des dialogues qui méritent d’être mythiques et des personnages géniaux.

Ensuite, direction Le journal d’une femme de chambre, de Luis Bunuel.
Là, l’atmosphère est un peu plus étouffante. Mais là encore, critique amère de la bourgeoisie française dans tout ce qu’elle a de plus mauvais et hypocrite et surtout, d’une église stupide et inutile.
Jeanne Moreau y campe le rôle de la femme de chambre très futée qui joue de la bêtise de ses employés.
Des passages drôles, mais souvent plus graves, limites glauques. A voir également.

La suite au prochain billet qui arrive de suite.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :