Flux RSS

Archives mensuelles : avril 2012

Concours d’anniversaire ! {Avec des cadeaux dedans ! !}

Pour la première année d’existence de mon blogounet, j’entre de plein pied (wouhou ! Quelle réactivité) dans la blogo en lançant un concours !

Mon premier concours, le 1er de ce blog ! (Snif, il grandit trop vite!)

Intitulé « Toi aussi t’es pas une vraie princesse mais tu sais trop faire semblant », ce concours récompensera celle (ou celui – oui, les hommes AUSSI ont le droit de faire semblant d’être des princesses-) qui m’écrira un chouette et court texte (entre 500 et 2000 signes max) sur le jour où elle a vraiment fait un truc vraiment pas classe, mais où elle a gardé la tête haute.

En gros, lectrice, tu me racontes le jour où tu t’es comportée comme une gueuse/traînée/souillon, mais où tu as réussi à feindre une attitude de Princesse, digne et noble, quitte à faire accuser quelqu’un d’autre. (Ouais, on a pas dit qu’une Princesse devait être honnête… les princesses sont sournoises. C’est comme ça.)

Envoyez-moi par mail à jenesuispasunevraieprincesse@gmail.com vos magnifiques productions !!

Bah j’veux bien mais on gagne quoi ?

Ah ! ZE question !

Et bien si tu arrives à me dérider, tu remporteras de quoi faire de la cuisine de Princesse, avec des produits que je surkiffe (mais auxquels je n’ai pas trop de droit de toucher en ce moment-rapport à cette saloperie de régime-).

Soit : les sucres arômatisés et la cuillère Hot chocolate de l’épicerie fine toulousaine « Les petits poids ».

Note bien que ce concours n’est pas sponsorisé ! (Oui, je me voyais mal dire à la madame du magasin : « Bonjour, j’ai un blog, j’fais un concours, vous m’donnez des trucs ? » Ouais, suis une trouillarde !)

J’ai choisi de vous offrir ces petites choses parce que je les aime et que j’ose espérer qu’elles vous plairont aussi

(et que je n’ai pas encore les moyens de vous offrir un voyage aux Seychelles !).

Et ça sert à quoi ?

Alors, le sucre, c’est pour faire joli ET bon.

Par exemple :

Crêpe au sucre framboise !

Ou : Fromage blanc au sucre fraise

Et la cuillère au chocolat, c’est pour faire un vrai chocolat chaud, mais de manière plus originale !On trempe dans du lait chaud en touillant

ET : Et ça fait un chocolat quoi...

Et c’est tout ?

Oui. Il n’y a pas à élire le billet que tu as préféré sur ce blog (mais t’as le droit de le dire, hein!) (et puis niveau élection, il me semble qu’on a ce qu’il nous faut là, en ce moment, non ?), ni cliquer sur « j’aime » sur la page facebook de ce blog (vu qu’il n’en a pas…).

Fais moi juste bien rire ! Tu as jusqu’au 27 mai ! (Parce que le 27, ce sera mon mien d’anniversaire, et que comme ça, j’aurais plein de chouettes choses à lire !)

P.S : N’hésites pas à faire tourner le concours 8

Un an déjà ! Merci !

Un an déjà que j’écris ici.

Un an… 365 jours, 52 semaines, 12 mois, 95 articles, 113 abonnées sur Hellocoton.

Merci !

©ruth-black-fotolia-com

Wouh ! C’est passé vite ! Trop vite ! Je n’ai même pas eu le temps d’entrer pour de vrai dans la blogosphère ! Je n’ai même pas eu le temps d’écrire tout ce que je voulais ! Je n’ai même pas eu le temps de vous lire suffisamment aussi !

Un an que je râle parce que j’aimerais pouvoir papoter plus souvent avec vous.

Un an que vous suivez (ou pas !) les évènements importants de ma vie.

Un an durant lequel il s’est passé tant de choses.

Donc merci à vous qui m’avez lue, qui avez donné votre avis, qui avez écrit de jolies choses, qui m’avez donné envie de continuer quand je pensais que le mieux était encore de laisser tomber.

Allez, petit blog ! Je te souhaite de grandir encore un peu !

La faune des places-to-be parisiennes

En bonne bobo que je suis, je n’ai pu m’empêcher de prévoir cinquante expos à visiter lors d’un (beaucoup trop) furtif passage dans la capitale (NDLR Paris pour celles qui suivent pas).

Et oui, stressée, crevée, au bord du désespoir que j’étais, je me suis dit que le meilleur moyen pour me ressourcer était encore d’aller à… Paris. Chacun sa conception du zen, j’en conviens.

Bref, là n’est pas le sujet.

Je suis donc allègrement partie (avec l’Homme, quand même, passke je suis vraiment sympa) pour 3 jours à Paris avec comme programme : Bob Dylan, Tim Burton, Ai Wei Wei et Bérénice Abott et Helmut Newton.

(Bin oui, en bonne provinciale que je suis (aussi), j’ai pas pris le temps de fouiller suffisamment pour trouver d’autres expos que les grosses-expos-bien-visibles-qu’on-en-parle-même-jusqu’en-province.)

Pour entrer directement dans le vif du sujet, sachez que c’est à la plus grosse expo, la plus bling bling et in ZE place to be que j’ai eu la chance de tomber sur une faune particulièrement insupportable : Helmut Newton, au Grand Palais.

Message préventif : je n’y connais pas grand’ chose en art, mais je suis curieuse. Alors je vais voir des expos histoire de voir s’il n’y a pas quelque chose qui pourrait me plaire, m’enthousiasmer ou simplement pour me cultiver (et ensuite pouvoir me la péter en sortant des phrases type : « Quo ? Tu connais pas La fourchette de Kertèsz? Nan, tu rigoles ? »)

Bref. J’ai pu classer nos amis d’expos en 4 catégories :

-La perruche :

Très colorée, la perruche a 20 ans, autant de sacs Longchamp, mais un peu moins de QI… Non, plus sérieusement (oui, j’ai rien contre Longchamp…), la perruche est une délicieuse jeune femme qui débute dans la vie de jeune adulte et se force à traînasser dans les expos qu’il faut voir parce que ça fait bien, même si elle en a rien à carrer.

Et donc, la perruche commente les photos tout le long de l’expo, se pâmant devant la beauté d’un corps dénué de cellulite ou devinant les personnalités face à l’objectif.

C’est ainsi que la perruche a réussi à me dérider un peu en s’exclamant « Hannnn! C’est Steph’ de Monac’ ! Comment elle était jeune ! ». Elle était ravie d’enfin reconnaître un visage ! Mais :

  1. Steph’ de Monac’, pour les plus jeunes, est un terme tombé en désuétude dans les années 90. Il désigne la Princesse (SAR) Stéphanie de Monaco. Donc c’est un peu marrant de l’entendre en 2012.
  2. Et en effet, elle était jeune puisque c’était il y a 20 ans.

-Le péquenot bobo (PB) :

Lui m’a particulièrement fait sourire.

De toute évidence, le péquenot bobo adooooôôrerait feindre un niveau culturel bien supérieur à la moyenne mais ses réflexions l’en empêchent.

C’est ainsi que, durant cette expo, réservée aux GRANDS FORMATS de Newton, j’ai pu entendre la phrase la plus conne du séjour. Pour commencer, le PB s’est collé devant le cliché, qui ne faisait jamais que 2,5m de haut, c’est à dire devant moi qui était en train de regarder. Mais bon…

Puis, le PB, s’adressant à une jeune femme : « Ah, c’est joli, hein ? ». Hum. Joli… « Je connaissais quelques photos mais je savais pas qu’il faisait ces grands posters ».

Posters… Mouais, bon… Y a que moi que ça agace ?

-Le troupeau de boeufs :

« Heu, hum, ça vous dérange si je regarde la photo ? » avais-je envie de demander au groupe de 4 personnes tranquillement en train de papoter devant l’une des oeuvres : « Ooooh ! Vous êtes là aussi ? Comme on se retrouve ?? Blablabla ». Heu ? Vos gueules les mouettes ? Cassez-vous ?

Mais non, j’ai gardé mon légendaire flegme absolument pas britannique et je suis passée à la photo suivante, bien que toujours passablement énervée par ces gens qui viennent se montrer plutôt que pour voir…

-Les gens bien : qui s’intéressent à l’oeuvre, qui ne l’ouvrent pas pour rien, qui respecte les autres.

Bon, j’arrête là. Tout ça pour dire qu’on a fuit, parce que venir à une expo pour se retrouver à un cocktail mondain, c’était pas une bonne surprise !

;

P.S : pour celles qui voudraient des infos sur les expos, n’hésitez pas à demander !

Gym ou pas Gym ?

Le lundi soir à 17h30, ce moment fatidique où tu te demandes : « Pfff, j’vais à la gym ou pas ? »

L’éternel dilemme, la question universelle (mais redondante) du lundi soir.

L’hésitation entre bonne et mauvaise conscience.

Pendant une heure, je vais peser le pour et le contre. Alors autant que je le fasse ici.

Pour :

-Une heure de sport, ça cadre plutôt pas mal avec mon régime

-Ça peut être une bonne idée pour cracher le paquet de clopes qui stagne dans mes poumons

-Ça peut contribuer à me faire devenir une bombe ou au moins être moins flasque (oui, oui, n’allons pas trop vite en besogne…)

-Ça défoule (et après mon coup de gueule de ce matin, ce sera plutôt bienvenu (et à ce propos, j’aime vraiment pas parler politique sur ce blog mais bon)) ! D’autant plus que ce soir c’est aero boxe, que je vais en ressortir lessivée, et que ce sera bien.

-Je ne veux pas être assimilée à ça :

Gros tas... Crédits : Bartouille

Contre :

-C’est loin

-Il fait un temps de merde

-Ça fait mal

-C’est fatiguant

-Ça fait transpirer et après faut ressortir dans le froid

-‘y a plein de filles superbes qui énervent

….

Bon, d’ACCORD, je me remue… (mauvaise conscience quand tu nous tiens… )

20% d’incompréhension, de peur ou de haine?

J’avoue être restée dépitée à l’annonce des résultats de ce premier tour de l’élection présidentielle.
20% des votants, 5 millions de français, ont donné leurs voix à l’extrême droite.
Je pense que vous l’aurez compris, s’il y a bien une chose que j’exècre en ce bas monde, c’est bien les extrêmes.
Ma première conclusion a été que les français sont des jaloux, haineux et individualistes.
Et puis je me suis dit, non, pas tous.
Peut-être qu’ils ont peur, alors ils sont dociles et naïfs. Alors non, ce ne sont pas tous des cons, ces 20%.
Mais comment faire pour leur ouvrir les yeux? Comment leur dire que l’Autre, celui qui ne leur ressemble pas, ne vient pas pour les envahir? Comment faire pour que les français aillent enfin à la rencontre les uns des autres?
Commet leur expliquer que les chômeurs ne sont pas forcément des branleurs qui vivent au crochet de la société? Comment leur montrer que la vie, en vrai, n’est pas qu’une longue chaîne de faits divers mis en lumière par la télé? Comment leurs ouvrir les yeux, et surtout le cœur?

20120423-081212.jpg

Si quelqu’un a une idée, je suis preneuse.
En attendant, je me retrouve d’une certaine manière comme eux, perdue dans une certaine France qui ne me ressemble plus.
Je savais déjà que j’étais pas une vraie princesse, mais je réalise maintenant que je fais partie d’une quasi-minorité à espérer un monde meilleur où on pourrait vivre ensemble sans regarder constamment si l’herbe est plus verte à côté.
Bon, coup de gueule fini !
Comme dit Miss.Tic, « C’est la vie, ça va passer! »

A voté !

Bonjour la blogo !

Sachez que vous me manquez !

En ce jour où j’ai accompli mon devoir citoyen, je me suis dit que j’allais aussi accomplir mon devoir de blogueuse : donner des nouvelles !

Non, je ne vous abandonne pas, il y aura du neuf sur le blog dès demain. Mais je suis entre deux déménagements (oui oui, DEUX, parce que c’est plus rigolo de déplacer des cartons deux fois… de ma ville d’origine à Toulouse, puis de Toulouse à Toulouse, en deux mois….).

Ah, et puis je travaille, je travaille et, ah oui, je travaille !

Mais je vais me bouger et prendre des nouvelles de mes blogueuses préférées sous peu !

En attendant je pars… travailler ! Et oui, qui c’est qui est de soirée électorale au boulot ? C’est bibi !

Bon vote à vous pour les heures qu’il reste !

Je m’Andorre !

Il y a quelques jours l’Homme et moi-même avions besoin de souffler un peu.

Nous avons donc décidé de partir en week-end dans un endroit chouette, pas trop loin, et qu’on ne connaît pas (ce qui a priori ne semble pas trop difficile).

Nous nous décidons donc à partir pour l’Ariège et plus particulièrement Ax-les-Thermes. Bah oui, mi-mars, la saison est finie, ça devrait être tranquille.

C’était sans compter sur notre organisation « plus-efficace-tu-meurs ».

5 jours avant le départ, plus une seule chambre d’hotel potable. Logique.

Et puis bon, comme on retombe toujours sur nos pattes, j’opte pour un hôtel en Andorre, enjouée et enthousiaste à l’idée de pousser le petit voyage un peu plus loin.

C’était sans compter notre méconnaissance des lieux…

Nous voilà donc arrivés en Andorre, après un arrêt fugace à Ax-les-Thermes pour manger et où on s’est dit « bénie soit la chose qui a fait qu’on n’a pas pris d’hôtel ici, ça à l’air chiant à crever » (forcément, hors saison, et sans aucune envie de faire du ski…).

Je disais donc : nous voilà arrivés à Andorre La Vieille.

Bon, la route pour y arriver est plutôt très chouette. Nous qui ne sommes pas du tout montagnards, on adore pousser des « OH » et des « AH » à chaque pics neigeux apparaissant à nos yeux ébahis.

Et puis on décide de VISITER Andorre.

En 3 étapes :

  • Il n’y a pas de VRAI centre historique. Donc déception. Donc en fait, Andorre, c’est 4 rues blindées de magasins. En fait…
  • Toutes les nanas sont habillées strictement de la même manière : bottes noir et marron, leggings, petit pull qui fait bien, même coupe cheveux-longs-coupés-droits. Quoi c’est la mode ? On dirait des clones !?!?!
  • Les mêmes nanas et autres « regarde-moi j’ai du fric » s’imaginent maîtres du monde en dévalisant les boutiques. Mais, heu, ça a quoi de «chic&glamour» de dévaliser des boutiques où on ne paie pas de taxes et où – par conséquent – tout est moins cher ?

J’en suis venue à me dire qu’en fait, Andorre, c’est un peu Genève, mais en cheap. A Genève, il y a des boutiques de luxe à perte de vue. A Andorre il y a des boutiques tout court à perte de vue.

Bref. Déception.

MAIS (car oui, tout État ne peut pas être complètement mauvais), il y a de bons côtés à visiter Andorre.

Si tu es :

  • Nostalgique des lieux fumeurs : sache que partout en Andorre, tu peux fumer à l’intérieur. Inutile de vous dire que j’en ai un peu profité. Resto, hôtel, même entouré de mioches ! (Bon, ok, j’avoue ne pas en avoir profité pleinement vu que j’arrive difficilement à enfumer des mioches sans que ça pèse sur ma conscience…) Arrivés à l’hôtel, nous avons eu droit à cette splendide phrase : « Toutes nos chambres sont non-fumeurs. Mais bon, si vous fumez, c’est pas grave. » Heu ? Ok!
  • Un gros fumeur/buveur : les clopes et l’alcool sont 2 fois moins chères (toujours rapport aux taxes). J’avoue, j’en ai profité.

Note pour plus tard : ne JAMAIS aller à Andorre après avoir arrêté de fumer !

  • Une fashionista : bah voir plus haut – 4 rues – que des magasins. (OK, j’ai aussi craqué pour un sac à main).

Bon, tout ça est évidemment un croquis approchant à peine la réalité puisqu’il y a aussi probablement de chouettes randonnées à faire, les pistes de ski ne sont pas loin et le centre Caldéa vous accueille pour 3h de détente dans ses bains tout chaud (mais se fait bien bien plaiz’ sur le tarif d’entrée…)

%d blogueurs aiment cette page :