Flux RSS

Dans l’isoloir (Ou Tchaïkovski, au secours !)

-Attention. Ceci n’est pas un billet de réflexion hautement riche et politique. Ceci est un constat personnel, un ressenti sur la société actuelle, qui n’engage que son auteurE, pas idéaliste, mais déçue de l’évolution.-

Aujourd’hui, nous allons élire notre président.

Petit Google Doodle sympa en ce jour si spécial !

Il était temps que cette campagne se termine. Ça commençait à me taper sur le ciboulot.

J’ai même fait une crise existentialiste vendredi. Si si. Je n’en peux plus.

Je modérais une fois encore les commentaires du journal en écoutant du Tchaïkovski. (Oui, il faudra un jour que je vous parle de Tchaïkovski dont je suis éperdument tombée amoureuse).

Je venais de me passer la Marche slave, d’enquiller sur le premier mouvement du concerto pour violon et j’en arrivais à la mort du cygne, tout en supprimant des commentaires de bas-étages, hargneux, fielleux, immondes, quand j’ai craqué.

Je me suis renfermée dans ma coquille, demandant à une collègue de prendre le relai sur les commentaires. J’ai fait semblant, pendant une bonne demi-heure, de chercher un sujet.

J’écoutais Tchaïkovski tout en me disant : « On est là pour maximum 80 ans. Quel est l’intérêt de se battre pour 3 sous ? Pourquoi ne pouvons-nous pas vivre simplement, les uns avec les autres, putain de bordel de merde ». Et les musiciens jouaient, et dans ma tête, c’était l’explosion. J’avais envie de pleurer. Je me demandais comment l’humain pouvait-il être aussi pourri et créer d’aussi merveilleuses choses que les morceaux que j’écoutais. Je me suis retrouvée face au paradoxe profondément humain. On fait des merveilles, mais on reste des animaux, à faire pipi le long de nos territoires, à attaquer celui qui avance un peu trop, à planquer le peu qu’on a.

Mes collègues me lançaient des coups d’œil, sans trop oser me parler. Il faut dire qu’en général, je cause, je cause et j’arrive à me fatiguer moi-même. Mais ce matin-là, j’ai été profondément triste de réaliser à quel pont les gens étaient individualistes.

Et puis là, je n’en peux plus des remarques acerbes sur la gauche de la part de personnes qui n’ont pas d’arguments. J’ai eu la force de ne plus répondre à certains de mes collègues, vraiment pas très très fins. Heureusement, mes supers collègues ont répondu à ma place.

Je n’en peux plus d’ouvrir mon journal chaque matin, et de tomber sur une nouvelle affaire scandaleuse du gouvernement actuel ou sur des faits-divers tout ce qu’il y a de plus commun, mais qui vont encore faire passer des idées fausses et marquer les esprits les plus faibles.  Je n’en peux plus des tweets de bas-étages de morano-lancar-vendetta. Tout ça me file la nausée et me dégoûte profondément de l’espèce humaine.

Je n’en peux plus de ces gens qui se pensent riches, et qui ont peur qu’on leur enlève des privilèges.

J’ai des exemples précis en tête de petits collègues, même pas 22 ans, qui vont dépenser des fortunes en fringues puis pleurer lorsqu’ils se retrouvent en découvert (mais genre 1500€ de découvert, hein, pas un petit découvert) puis qui vont gueuler quand papa demande de rembourser. Pour eux, ça leur est dû. Et « Hollande qui veut interdire aux gens d’être riche ». Ils ne sont pourtant pas concernés, mais eux, ils y croient dur comme fer à leur « richesse » parce qu’ils se ruinent chez The Kooples.

Ca me dépite que certaines personnes ne pensent plus qu’à elles, jugeant acquises leur suprématie. Ca me débecte qu’on en ai rien à foutre des autres, que la xénophobie, le racisme, l’homophobie, la peur primaire de « l’autre » remonte en flèche, que la France puisse avoir cette image rassie de pays fermé.

J’hallucine également de voir la culture et l’éducation si mal traitées. Ce sont pourtant les bases d’une civilisation riche et forte, non ?

Bref, je ne sais pas si la gauche fera mieux, mais au moins, elle me donne de l’espoir. Et là, il m’en faut, et VITE !

En attendant, je vais voter, et puis attendre. Mais je suis bien heureuse que ça se finisse !

Bon dimanche à vous !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :