Flux RSS

Archives de Catégorie: Dialogue avec mon esthéticienne

Dialogue avec mon esthéticienne #2

2) L’imprévisible

La jeune femme était en train de s’acharner sur mon maillot et y allait comme une brute (alors que, comme expliqué précédemment, j’ai la peau sensible, MERDE !).
J’essayais donc de rester maîtresse de moi-même, de ne pas lui sauter à la gorge au beau milieu de l’épilation parce qu’un maillot à moitié fait, ça fait brouillon, quand même.
Bref, toujours est-il que nous enchaînions à la perfection les sujets bateau de discussion : météo, vacances, soins de la peau, évènements dans la ville, re météo, re un peu vacances (…) jusqu’à ce qu’elle me balance LA phrase qui tue.
Cette phrase fait partie des choses taboues bouh, pas bien, faut pas l’dire. Pourtant, ‘faut arrêter de déconner ! Toutes les nanas étant aller se faire épiler le minou y on eu droit, non ? J’veux dire, même entre copines, on n’en parle pas (bon, du coup, sauf moi qui impose la discussion à des copines ravies de m’avoir retrouvée pour boire un verre…). Ah si. Une fois, ma soeur m’a dit : « Si on te dit de te tourner, ne le fais pas ! ».
Je n’avais pas saisi jusqu’à ce que cette charmante esthéticienne (oui, on revient quand mêêêême à nos moutons) me sorte, chronologiquement :
-Ah, vous êtes étudiante ?
-Oui
-J’vous fais l’anus ?
-Heuuu… non.
-On a des tarifs étudiants.
-Cool.

Voilà voilà. J’ai compris le non retournage recommandé par ma soeur.
On a voulu s’en prendre à mon trou de balle. Je suis ressortie de l’Institut mi-bouleversée pour l’attentat à la pudeur qu’on avait faillit me faire vivre, mi-morte de rire à cause de la phrase qui tue.
Ok, oui, c’est normal, c’est la procédure d’épilation intégrale. Mais bon. Quand même quoi ! Faudrait trouver un code pour éviter de heurter la sensibilité des plus jeunes (moi)… 😉

To be continued…
Crédits : perledesoins.com

Publicités

Dialogue avec mon esthéticienne #1

Aaaaaah, les clichés. J’aime les clichés. Notamment ceux qui concernent les esthéticiennes.

J’ai l’occasion d’en voir plusieurs, selon leur emploi du temps et le mien.

1) LA VRAIE :
Je dois dire que celle que j’ai vu le plus souvent me fait bien rire.

Dans ses yeux, du vide. Elle est adorable et me raconte la vie de l’institut en long, en large et en travers. Étant donné que je n’ai pas l’intention de lui raconter ma vie, je lui pose des questions sur ses études. Et j’ai toujours droit à un compte rendu détaillé de l’avancée de son projet professionnel. Je ne me souviens pas de son prénom, mais elle a une copine qui s’appelle Amandine, ou Amélie.

Parce que :  « V’voyez, ma copine Amandine (ou Amélie, donc) elle a pas de responsabilités dans son institut. Alors que moi, v’voyez, et bin des fois, je gère le salon toute seule. »

J’adore son petit air satisfait quand elle a battu son record de vitesse d’épilation (et que de mon côté, je me retiens de la frapper parce qu’elle vient quand même de me martyriser pendant 20 minutes…)

Une fois, je lui ai fait une blague malgré moi. Je ne savais pas si j’allais pouvoir être à l’heure au rendez-vous. Donc j’appelle, ça ne décroche pas tout de suite, je raccroche. J’hésitais à y aller donc je refais la même manœuvre plusieurs fois. Finalement, je m’y rends.

Une fois allongée, les pattes écartées, de la cire brûlante à 1cm de ma peau fragile (soit dit en passant), voilà-t-y pas que la jeune femme entreprend de me raconter sa journée.

« Ahlàlà, aujourd’hui, c’est la folie ! J’ai pas arrêté de courir et en plus, quelqu’un m’a fait une blague parce que le téléphone a sonné je sais pas combien de fois et, le temps de sortir de la cabine et de décrocher, bah ça raccrochait. V’voyez, aujourd’hui je faisais les soins et en plus je devais prendre les rendez-vous. Bah c’est pas sympa les gens qui raccrochent comme ça ».

Et moi, toujours menacée par la cire brûlante, de confirmer : « ah oui, dites donc, c’est vraiment pas sympa ça! ».

Inutile de vous dire qu’il a été très TRÈS dur de ne pas mourir de rire pendant tout le reste de l’épilation…
Crédits : perledesoins.com
Prochain épisode bientôt…

%d blogueurs aiment cette page :