Flux RSS

Archives mensuelles : mars 2012

Dans la peau d’une sombre merde

« Je regarde BFM en boucle depuis ce matin. Des gens en pleurs, des enfants terrorisés, des politiques en colère et une enquête qui piétine.

Y’a pas à dire, je suis une star ! J’ai bien réussi mon coup, et tout le monde est à ma recherche.

Pff, s’ils savaient, les pauvres ! Je suis peinard, sur mon canapé, à siroter ma bière.

Je savoure mon succès !

J’ai rempli ma mission, massacrer du juif, du rebeu et du black.

Ma prochaine cible ? Je vais pas tout vous dire non plus !

Je suis tout puissant, et je vous emmerde. »

le capitole en berne

Le Capitole est en deuil.

Mais pauvre type, tirer sur un enfant ? VRAIMENT ? T’appelle ça du courage ?

J’appelle ça de la lâcheté. J’appelle ça ne pas avoir de couilles.

Le moindre des courages, c’est de s’ouvrir aux autres.

Toi tu pètes de trouille devant un inconnu. Tu chies dans ton froc sans ton flingue et tes copains.

Tu n’es qu’une sombre merde méprisable. Un moins que rien. Du vent.

Mademoiselle ? Non, Docteur

Alors qu’on nous bassine avec le Mademoiselle et sa disparition, voilà-t-y pas qu’en réservant ma chambre d’hôtel, on me donne un choix encore plus important !

 Formulaire avec Docteur et professeur.

Et je fais comment, moi, pour choisir ?

Je suis une femme, non mariée, médecin et prof à la fac…

Je correspond à quelle case ?

Merci Accord de me faciliter la tâche !

Et puis qu’est-ce que ça veut dire, Dr et Prof ?

Je ne serai pas traitée de la même manière si je ne suis pas qu’une simple Mme ou Melle ?

J’ai des goodies ? Un bonnet de bain en rab’ ?

Bref. J’ai pas compris l’intérêt de m’identifier AUTANT.

Et du coup, je suis d’accord pour virer aussi le Mademoiselle pour qui j’avais une certaine tendresse.

Madame, Monsieur, Fille ou Garçon.

Je suis humaine, du genre fille. Et toc !

(Bon, même si, honnête que je suis, j’ai coché Melle)

Je veux du gras…

…bordel de merde !

Quoi je suis énervée ? Quoi « fais toi plaisir » ? Mais pourquoi tu me parles toi ? De quoi tu te mêles ? Je veux du gras, mais je PEUX pas !

Après cette joyeuse entrée en matière placée sous le signe du craquage, je vous annonce que je hais les gens, que je hais la bouffe, et que je hais par dessus tout les régimes.

Un mois que je compte mes calories. Un mois que cette salope de gynéco, après m’avoir fait monter sur cette connasse de balance, m’annonce avec des gros yeux « bah dites donc, 8 kilos en un an quand même ».

Et donc ? J’ai pas le droit de vivre dans le déni peut-être ? Rhhaaaa.

Du coup, depuis, je me limite. Et c’est dur. Finis les dinosaurus, les princes, les savanes.

Fini le magret de canard, les madeleines et les burgers.

Adieu banofee, frites et pains au chocolat.

Mais bonjour fruits chiants à éplucher, légumes étranges et yaourts insipides.

Bienvenues soupe à 100 calories et biscottes à 33 calories. (Oui, je sais, le pain c’est mieux. Mais je fais c’que j’veux).

Une balance

Crève, charogne.

Et finalement, j’ai réalisé que ce régime a entraîné quelques effets collatéraux inattendus.

Les deux premières semaines :

Effet collatéral n°1 : je deviens parfaitement méprisante

Oui, méprisante vis-à-vis des pauvres âmes inconscientes qui mangent plus de 1200 cal par jour :

« Comment ? T’as mangé une madeleine ? Mais t’es complètement malade ! Tu te rends pas compte du nombre de glucides qu’il y a dedans ! A la place, t’aurais pu manger 5 concombres. Tu te rends compte 5 CON-COMBRES » (ah oui, et je parle à tout le monde comme si mes interlocuteurs étaient teu-bé…).

Effet collatéral n°2 : je deviens parfaitement relou avec l’Homme

Une phrase seulement. « TOUCHE PAS AU FRIGO ! »

Effet colétéral n°3 : j’insulte l’électroménager

« Quoi ? Ca ? 30Gr de camembert ? Hé, l’homme, viens voir, cette connasse de balance alimentaire est en train de se foutre de ma gueule. Hahaha, n’importe quoi. Ma pauvre, tu sais même plus peser quoi que ce soit ! Je vais te foutre à la poubelle et en racheter une mieux que toi. »

Après les deux premières semaines…

Effet collatéral n°4 (qui apparaissait dès le 3ème point) : je perds tout sens commun

En effet, après avoir menacer mes balances, parlé aux légumes, j’ai fini par craquer et faire une crise d’angoisse à chaque proposition de pain au chocolat/cookie/madeleine au boulot. (Je hais finalement mes collègues…)

Je suis devenue, en un mois, une maniaque de la calorie, une pourchasseuse du capiton et une tueuse de lipides. Je vis DANS mes tupperwares

J’ai compris aussi que l’extérieur me voulait du mal et je suis devenue paranoïaque.

J’ai découvert ça en prenant le train…

Alors que j’engouffrais joyeusement mon sandwich sncf en tentant d’évaluer le nombres de calories que j’étais en train d’ingérer, je me suis dit : « Bof, une entrée, un plat, un dessert avec un jus de fruit, pfff, à peine 500 ou 600 calories ! » (ce qui explosait déjà mon apport quotidien devenu habituel…)

FAUX ! Naïve une fois de plus ! LE sandwich à lui tout seul faisait 450 ! Le jus ? 100 ! Le petit yaourt trop bon ? 250 ! BLAM, dans ta gueule, morue ! ET je compte même pas le taboulé !

J’ai ingéré en une soirée ce que je mange d’habitude quasiment en une journée.

Une raison de plus pour me faire détester le train.

Effet collatéral n°5 : l’achat de choses étranges.

Bon, ok, j’ai pas besoin d’être au régime pour acheter des choses étranges. Mais bon, un ballon de pilates ? Vraiment ? Le truc qui, une fois gonflé, fait 1m de diamètre et prend à peu près tout l’espace disponible du bureau ?

J’ai dû prendre le plus grand parce que, incroyable, je suis grande et j’ai des grandes jambes. Super quand on a déjà plus assez de place pour deux dans un appart…

Bref. Je suis au régime quoi…

Et toi, c’est quoi ta taille de soutif ?

Alors que je flânais innocemment dans une galerie commerciale, je suis tombée sur un panneau qui m’a violemment attiré la pupille.

Je me penche un peu pour mieux lire et :

Et ouais, ils sont comme ça chez Orcanta ! Si vous connaissez vraiment votre taille de soutif, ils vous offrent 10€ de remise. Je trouve ça cool ! Je n’ai pas testé mais je regrette, j’ai pas été assez joueuse sur le coup…

Bon, en même temps, c’est simple d’imaginer :

J’annonce que je fais un 95B :

-Cas 1 : Ca fait dix ans que les vendeuses (notamment de chez Orcanta) me mentent. En fait, je fais un 100 A…

-Cas 2 : Je ne me suis pas rendue compte que les 8 kilos que j’ai pris ces derniers mois ont nourri ma poitrine devenue pulpeuse (et donc débordante…). En fait, je fais un 95C (youhou!!)

-Cas 3 : Suite à mon début de régime, mes 3 kilos perdus n’ont déserté que de mes seins (ce qui expliquerait pourquoi j’ai toujours un gros boule, pour parler comme Diam’s, parce que là, aujourd’hui, j’ai envie). En fait, je fais un 90B.

-Cas 4 : J’ai complètement raison et donc j’ai 10€ de remise sur un ensemble à 70€.

Mouais…

Ils sont au courant qu’on vit une crise écoblabla ?

On va dire que c’est d’jà ça…

En tout cas, j’ai trouvé ça original !

Et vous, vous en pensez quoi ?

Vraie affaire ou on nous prend une fois de plus pour des dindes ?

%d blogueurs aiment cette page :